19-02-2013 - Viande de cheval : une tromperie qui en rappelle une autre

Viandes : pour le ministre de l’Agriculture, certaines tromperies restent acceptables !

 

Réagissant à ce qu’il est convenu d’appeler « le scandale des lasagnes au cheval », le ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, a fermement déclaré : « Toute tromperie doit être sévèrement sanctionnée […] Il ne peut pas être acceptable de vendre un produit pour telle ou telle destination avec tel ou tel contenu qui ne soit pas celui que les consommateurs trouvent dans leur assiette ».

Une définition qui correspond à une autre tromperie, révélée il y a tout juste un an : celle des viandes halal et cachère distribuées dans le circuit classique, à l’insu des consommateurs, compte tenu du refus d’étiquetage du mode d’abattage (avec ou sans étourdissement).

 

Pourtant, malgré les promesses de plus de transparence dans le système de distribution des viandes, cette tromperie continue. Il est vrai que, recevant récemment le grand rabbin de France, Monsieur le ministre a déclaré, au sujet de l'abattage rituel : « La France fidèle à ses engagements, défendra ce droit fondamental ».

Monsieur le ministre ferait mieux dans le contexte actuel de défendre le droit fondamental à la liberté de conscience et à l’information des consommateurs. Il pourrait ainsi utilement reprendre la proposition de loi « visant à informer le consommateur quant à l’origine des viandes issues des filières d’abattage rituel », déposée le 17 janvier dernier par 25 sénateurs.



>> voir l'article complet