L’animal est l’avenir de l’homme
Dominique Lestel
Fayard


Dominique Lestel, philosophe universitaire Français, souhaite par cet essai « fournir des munitions » à ceux qui pensent  que se soucier des animaux fait intrinsèquement partie de ce que signifie être un humain.

Après avoir rappelé les conséquences dramatiques de la théorie de « l’animal machine » pour l’animal, le réduisant à un objet d’expérimentations « scientifiques », l’auteur présente la révolution qu’a subie l’éthologie depuis une trentaine d’année : l’animal souffre, éprouve du plaisir, ressent des émotions et l’homme arrive à communiquer avec lui. L’auteur rejoint la thèse selon laquelle l’animal est un partenaire pour l’homme et que nous devons organiser notre vie avec lui.

« L’homme ne s’est pas constitué contre l’animal comme le répète la tradition intellectuelle en occident, mais avec lui ». Le refus de la souffrance animale ne repose pas pour l’auteur sur la pitié que l’animal suscite mais sur celle que son bourreau inspire. On défend l’animal en raison de l’idée que l’on se fait de l’homme.