On parle de l’OABA dans la presse

L’OABA, au secours des animaux de ferme depuis 55 ans

“Chaque année en France, des centaines de millions d’animaux sont élevés, parqués, transportés et abattus en vue de leur consommation. L’Œuvre d’Assistance aux Bêtes d’Abattoir (O.A.B.A) est la première association en France à avoir protégé ces animaux de ferme. Rencontre avec son Président, le docteur vétérinaire Jean-Pierre Kieffer.”

Interview réalisée le 28 novembre 2019, publiée sous pseudonyme dans le magazine Animaux Bonheur n° 25 (été et rentrée 2020), p. 14

Maltraitance animale au May-sur-Evre : une affaire “hors normes”

“Reconnue d’utilité publique depuis 1965, l’OABA intervient chaque année en support des services vétérinaires pour s’occuper d’animaux d’élevage maltraités. C’est elle qui a pris en charge les 315 bovins retirés à un éleveur du May-sur-Evre. Questions à son directeur, Frédéric Freund.”

Article paru dans le Courrier de l’Ouest (Ouest France), février 2020

Oui, on peut limiter les souffrances des « bêtes d’abattoirs »

Diasporiques poursuit sa réflexion sur la question très sensible de l’abattage des animaux de boucherie. Après avoir interviewé le Grand-imam Tareq Oubrou et le Grand-rabbin Bruno Fiszon, c’est maintenant au président de l’OABA, le vétérinaire Jean-Pierre Kieffer, que Diasporiques lui demande ce qu’on pourrait (et selon lui devrait) faire pour alléger les souffrances des animaux lors de leur abattage, qu’il soit ou non rituel.

Article paru dans Diasporiques n°47, octobre 2019

Editorialistes d’un jour : pour plus de transparence

Jean-Pierre Kieffer est président de l’OABA, association créée en 1961 et reconnue d’utilité publique en 1965. Il est aussi président du Conseil national de la protection animale (CNPA), créé en 1970. Il a reçu plusieurs distinctions, dont celles de chevalier de l’Ordre national du mérite et commandeur de l’Ordre du mérite agricole. Il participe activement aux réflexions actuelles sur la bientraitance de l’animal de rente et les conditions d’abattage, sujets qui font régulièrement débat au sein de l’opinion. Via l’OABA, il a instauré, en 2018, un étiquetage bien-être animal avec des acteurs de la grande distribution.

Article paru dans La Semaine Vétérinaire, N°1800, du 15 mars 2019

L’OABA au secours de 17 vaches près de Carcassonne

« La Préfecture de l’Aude a décidé le retrait de 17 bovins dans le but d’assurer leur protection sur la commune de Roullens, près de Carcassonne. Mardi 12 mars 2019, l’opération a été réalisée par les services de l’Etat en coordination avec le parquet de Carcassonne. L’éleveur n’était pas en capacité d’assurer la subsistance des animaux. »

Article paru dans France 3 région, le 13 mars 2019

Aude : l’éleveur ne peut plus nourrir ses vaches, elles lui sont confisquées

« Les services de l’Etat ont retiré 26 bovins en état de grave sous-nutrition à un éleveur de Roullens, dans l’Aude. L’agriculteur ne pouvait plus les nourrir. Dans l’attente d’une décision de justice, les vaches ont été confiées à l’OABA, une association de protection des animaux. »

Article paru dans 20 minutes, le 13 mars 2019

Enquête : l’abattage rituel sans étourdissement interdit de label bio

« Un arrêt de la Cour de justice de l’Union européenne estime que le sacrifice d’animaux sans insensibilisation est incompatible avec les règles du bien-être animal en agriculture biologique… Avec l’interview du directeur de l’OABA, Frédéric Freund. »

Article paru dans le magazine La Croix, 03 mars 2019

Abattage rituel : la justice européenne refuse le label bio si les bêtes ne sont pas étourdies avant d’être tuées

« Les juges européens ont tranché ce mardi : les viandes issues de l’abattage rituel ne pourront pas bénéficier du label bio si l’animal n’a pas été étourdi avant d’être tué. Ils assurent que cette méthode ne respecte pas les normes les plus élevées du bien-être animal. »

Article paru dans Ouest France, le 26 février 2019

L’industrie agroalimentaire fait le pari du bien-être animal

« Bonne nouvelle : alors que la consommation de viande ne cesse de baisser en France, certains industriels cherchent à se différencier en misant sur l’amélioration de la condition animale… Avec l’interview du président de l’OABA, Jean-Pierre Kieffer. »

Article paru dans le magazine L’usine Nouvelle, le 19 février 2019

Casino lance le premier étiquetage sur le bien-être animal en France

« Casino a lancé le mois dernier, en partenariat avec l’OABA, LFDA et le CIWF, trois ONG, un référentiel bien-être animal basé sur 230 critères : des conditions d’élevage aux méthodes d’abattage en passant par le transport. Une démarche forte, mais finalement peu surprenante, qui pourrait être reprise rapidement par la concurrence. »

Article paru dans plein champ, extrait de la revue PRISME, le 23 janvier 2019

Sauvetages d’animaux de la ferme : quand l’OABA revêt les habits du père Noé

“Il n’y a pas que Noé qui est réputé pour sauver les animaux du Déluge, l’OABA aussi. Son directeur, Frédéric Freund, nous explique le pourquoi et le comment des sauvetages d’animaux de la ferme.”

Article paru dans L’Humanité, le 1er mars 2018