Suite à des faits de maltraitance avérée et chronique et à la demande des services vétérinaires (DDPP), l’OABA et la Fondation Brigitte Bardot, sécurisées par les forces de l’ordre, sont intervenues afin de saisir 49 animaux en Mayenne.

Comme bien souvent, avant qu’un retrait soit envisagé, des actions correctrices sont demandées, des délais sont accordés, des mises en demeure sont effectuées, des réductions du cheptel sont réclamées, des discussions ont lieu avec les autres professionnels pour le placement des animaux et l’aide à apporter aux éleveurs. Mais il arrive parfois que plus aucune issue ne soit possible, la situation économique trop difficile avec des enjeux de sécurité et de bien-être, tant humains qu’animaliers. Le sauvetage en Mayenne en est la démonstration, solution ultime qui a été précédé de plusieurs procès-verbaux émis à l’encontre de l’éleveur ces dernières années.

La décision administrative des services vétérinaires et le placement judiciaire permet à l’OABA de confier pendant 3 mois les vaches à l’une de ses fermes partenaires, pour accueil et soins, en attendant une décision de justice définitive.

L’OABA se porte partie civile et a déposé sa plainte pour les délits relatifs à la protection animale contenus dans le Code pénal et (depuis la Loi Egalim) dans le Code rural. Elle demande une interdiction définitive à cet éleveur de détenir des animaux.