fbpx

L’âne Edouard était abandonné. Le voici dans le Troupeau du Bonheur, 5 mois après son arrivée

L’OABA est la seule association de type loi 1901, reconnue d’utilité publique, qui assure la protection des animaux d’élevage, de la naissance à l’abattage.

Pour cela, elle développe plusieurs types d’actions : des visites d’élevages et d’abattoirs pour vérifier les conditions de traitement des animaux ; des sauvetages d’animaux maltraités ; la gestion du Troupeau du Bonheur qui accueille des animaux rescapés ; et la contribution à l’information des consommateurs. Rencontre avec son Président, le Docteur vétérinaire Jean-Pierre Kieffer.

  •   L’OABA existe depuis 1961. Comment est née cette association ?

Jean-Pierre Kieffer : Une rencontre inattendue, en 1957, dans une rue de Menton est à l’origine de l’OABA. Un âne échappé de l’abattoir vient chercher protection auprès d’une femme et de sa fille. Jacqueline Gilardoni recueille l’âne, le nomme Amigo et le fait échapper à la boucherie. Elle s’interroge sur les abattoirs et découvre que la plupart des animaux sont abattus en pleine conscience. En avril 1961 elle fonde l’Œuvre d’Assistance aux Bêtes d’Abattoirs, qui sera reconnue d’utilité publique dès 1965. Elle consacrera sa vie à la cause animale, luttant pour humaniser l’abattage des animaux, en obtenant l’obligation d’étourdissement pour les insensibiliser avant leur saignée. Jacqueline Gilardoni a présidé l’OABA pendant quarante ans, jusqu’à sa mort en février 2001. J’ai l’honneur aujourd’hui de lui succéder depuis.

  •   Que fait l’OABA concrètement pour protéger les animaux destinés à l’abattoir ?

JPK : Le bien-être des animaux est un sujet qui concerne de plus en plus les citoyens, qui veulent connaître les conditions dans lesquelles les animaux sont élevés, transportés et abattus. Des délégués salariés de l’OABA, vétérinaires de formation, interviennent pour faire des audits de protection animale dans des élevages et des abattoirs. L’objectif est de s’assurer du respect de la bientraitance des animaux et de relever les non-conformités. L’OABA est une association qui privilégie le dialogue, l’information, voire la formation pour encourager les professionnels à améliorer les conditions de traitement des animaux.

  •   Pensez-vous que l’on puisse abattre un animal sans lui occasionner de stress ou de souffrance ?

JPK : Transporter des animaux d’un élevage à l’abattoir crée un stress. Le chargement et le déchargement d’un camion est une épreuve, surtout si ces manipulations ne sont pas faites dans le calme. L’arrivée à l’abattoir est une nouvelle étape stressante. Mais il est possible de réduire la souffrance des animaux à l’abattoir. La mise à mort par saignée nécessite d’insensibiliser préalablement l’animal. Le décret de 1964, obtenu grâce à l’OABA, rend obligatoire l’étourdissement sauf dérogations pour les abattages rituels, l’animal n’est alors pas étourdi, mais égorgé en pleine conscience. L’agonie d’un bovin peut alors durer plusieurs minutes. C’est inacceptable pour l’OABA.

  •   Qu’en est-il des sauvetages d’animaux ?

JPK : Le deuxième rôle important de l’OABA est le sauvetage d’animaux. De plus en plus d’éleveurs ont des difficultés économiques, sociales ou psychologiques et les animaux en pâtissent. Lorsque des animaux sont maltraités ou victimes d’abandon de soins, ils peuvent être retirés par les services vétérinaires et sont confiés à une association de protection animale. L’OABA intervient de plus en plus souvent : l’année écoulée, près de 1 800 animaux nous ont été confiés. En fonction de nos ressources, certains rejoignent notre Troupeau du Bonheur (425 animaux à ce jour) pour une nouvelle vie paisiblement, sans exploitation ni abattoir. Seuls nos donateurs permettent d’offrir cette seconde chance

  •   Comment l’OABA participe à l’information des consommateurs ?

JPK : La prise de conscience des citoyens est devenue déterminante pour faire évoluer le bien-être des animaux. Les consommateurs sont devenus exigeants sur les conditions de vie et de mise à mort des animaux. Un étiquetage bien-être animal est instauré depuis 2018 pour les poulets de chair par l’OABA, d’autres associations, des producteurs et des distributeurs. Le consommateur peut ainsi effectuer un choix éclairé en fonction des critères d’élevage, de transport et d’abattage. Il devient un « consomm’acteur » délaissant l’élevage intensif pour d’autres types de production, qui permettent aux poulets de chair, poules pondeuses, porcs d’exprimer leur comportement naturel.

CONTACT OABA

10, place Léon Blum – 75011 Paris

Téléphone : 01 43 79 46 46

contact@oaba.fr